Native advertising vs publicité : la réponse à des besoins concrets

Native advertising vs publicité

Si Internet est l’endroit rêvé pour faire de la publicité, encore faut-il adopter certaines pratiques pour réussir au mieux sa stratégie d’« advertising ». Comment atteindre un maximum d’internautes, déjouer les adbloqueurs et proposer des annonces pertinentes pour les utilisateurs ? En bref, comment s’assurer d’être au bon endroit, au bon moment ? La réponse : la publicité native !

 

Le « Native Advertising », qu’est-ce que c’est ?

Prenez une annonce publicitaire, déguisez-la en contenu éditorial classique et publiez-la sur le site de vos partenaires. Voilà ! Vous avez fait du native advertising !

Ça, c’était pour la définition rapide et presque grossière. La réalité n’est néanmoins pas si différente puisque la publicité native consiste à intégrer un contenu sponsorisé (article, vidéo ou image) au milieu d’un flux d’actualités traditionnel. Elle reprend les codes du design de son hébergeur et s’adapte à sa charte éditoriale. Généralement, elle partage également ses thématiques pour mieux toucher les intérêts des utilisateurs du site support. Elle ne s’impose plus à l’internaute pour le pousser à l’achat mais elle lui apporte un conseil. Ce dernier vise à le convaincre : il donne une réponse concrète aux questions que les utilisateurs se posent et les aident à faire leur choix.

La publicité native est alors plus performante car elle n’interrompt pas la lecture de l’internaute (elle n’est donc pas intrusive) et s’intègre parfaitement dans le paysage du support sur lequel elle est postée. Enfin, elle est plus pertinente pour l’utilisateur, à condition toutefois d’être rédigée dans les termes adaptés.

Bref, le native advertising est très différent de la publicité traditionnelle sur le web.

 

Pourquoi utiliser la publicité native plutôt que la publicité traditionnelle ?

La publicité traditionnelle, parlons-en justement ! Pop-ups, bannières et autres encarts publicitaires attirent l’œil de l’internaute et le redirigent, après un clic de sa souris, vers le site de l’annonceur. Un lien tracké permet, de plus, à ce dernier d’identifier la provenance de ce lead.

Oui, mais il y a un « mais » !

Il y en a même plusieurs, en fait. D’une part les internautes sont de plus en plus exigeants : les publicités non ciblées n’ont donc aucun impact sur eux. Par conséquent, vos statistiques – disant que X internautes ont été redirigés vers votre page – seraient faussées : il vous faudrait faire le tri entre ceux qui étaient vraiment intéressés par votre produit et les autres, qui ne sont arrivés que par « accident », tout en prenant en compte ceux qui ont peut-être vu votre publicité mais n’ont pas suivi le lien. D’autre part, de nombreux utilisateurs ont installé, sur leur navigateur, un bloqueur de publicités et ne les voient tout bonnement pas.

Les vecteurs traditionnels ne sont donc plus suffisants pour diffuser votre message !

C’est à ces problématiques que répond le « native advertising ». En intégrant vos annonces dans un flux continu d’actualités, vous contournez le risque qu’elles soient bloquées par les extensions des navigateurs. Qui plus est, vous vous assurez que les internautes qui les ouvrent ne le fassent pas par hasard mais bien par intérêt. De fait, les algorithmes des moteurs de recherche et des réseaux sociaux permettent, à l’heure actuelle, de mieux cibler votre annonce. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, ils analysent les comportements des internautes et identifient leurs centres d’intérêts. C’est ainsi que votre annonce peut se retrouver au bon endroit, au bon moment et, par là-même, générer un plus grand nombre de leads qualifiés.

 

Quels sont les éléments à mettre en place pour du native advertising ?

Pour mettre en place votre stratégie, vous aurez donc besoin, avant tout, d’un support. C’est en effet sur ce dernier que vous publierez votre annonce. Il peut s’agir :

  • Du site internet d’un de vos partenaires ;
  • Du réseau social de votre choix (Facebook, Twitter, LinkedIn…) ;
  • D’un blog…

Vous devez également déterminer le type de contenu que vous utiliserez, à savoir : texte, vidéo ou image ; et vous munir d’outils d’analyse précis pour suivre l’impact de votre campagne.

Jusque-là, rien de nouveau, bien entendu !

En revanche, il vous faudra surtout respecter quelques conditions, qui participent de la transparence de votre dispositif. En effet, si vos annonces ne sont pas intrusives, elles ne doivent pas non plus tromper l’internaute. Pour cela, il faut signaler clairement qu’il s’agit d’un contenu sponsorisé (une simple mention suffit). Votre contenu devra enfin respecter la ligne éditoriale du support sur lequel il sera publié afin, comme nous vous l’expliquions précédemment, qu’il se fonde mieux dans le décor. C’est pourquoi il est toujours conseillé de travailler de concert avec des médias spécialisés dans ce type de contenu. Ces derniers pourront vous aider à réaliser le texte ou la vidéo de votre annonce afin de lui donner plus d’impact.

 

Notre astuce en plus

Vous êtes un peu perdu ? Rassurez-vous : de nombreux outils (Outbrain, Facebook Ads et autres… ) et de nombreux médias peuvent vous accompagner dans votre stratégie et vous permettront de mieux monter votre campagne de publicité native.

Dorénavant, vous savez tout sur le « native advertising ». Alors, vous vous y mettez quand ?

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez également découvrir notre contenu sur les nouveaux usages des communautés en ligne. Sinon, vous pouvez aussi nous contacter pour avoir davantage d’informations sur nos dispositifs médias.

 

Contactez-nous

 

Publié le 29 septembre 2017 dans Content Marketing, SEO

Partagez

Claire-Marie Arnauld

À propos de l'auteur

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top